Fabriquer (tout) français ? Le nouveau rêve de l’hexagone …

la tribune
Magazine la revue T presse la tribune fabriquer (tout) français

Pour son deuxième numéro, « T » la revue bimestrielle de La Tribune décrypte un écosystème plus que jamais dans l’air du temps : le made in France. Entre concept marketing, tendance conso, stratégie de relance …. Pas facile de s’y retrouver ! “Fabriquer (tout) français ? Le nouveau rêve de l’Hexagone…” Résumé d’une édition dédiée à la relocalisation et à la fabrication française.

Qu’est-ce-que le made in France ?

D’ailleurs, qu’est-ce-qu’un produit made in France en réalité ? Quelle est la véritable valeur des labels ? Car si acheter français est un geste de patriotisme économique de plus en plus répandu, l’opacité règne dans la jungle des législations, appellations et autres labels.

Un marquage non obligatoire, qui se veut néanmoins gage de consommation responsable de plus en plus affirmée. D’autant plus que la COVID-19 a accéléré le mouvement made in France. Car face à la paralysie des échanges commerciaux, la peur du manque s’est installée et, effet boule de neige, l’envie de tout fabriquer en France est devenue une obsession. Bon pour les emplois et les territoires, pour l’environnement et la santé, sans oublier la préservation des savoir-faire : l’achat de produits français séduit les profils les plus divers.

Reste à généraliser le mouvement, y compris de la part des entreprises elles-mêmes. Mais quand la relocalisation se présente plutôt comme une aventure voire un vrai parcours du combattant, le rêve se transforme parfois en cauchemar. Face à l’imbroglio administratif et législatif, certaines entreprises ont parfois regretté leur retour. Et même si d’autres, plus stratégiques, l’ont parfaitement réussi comme la très célèbre marque Kusmi Tea, relocaliser n’est pas si simple.

En revanche, créer sur place s’avère beaucoup plus facile : jeunes pousses et autres startuppers se multiplient sur le créneau made in France. Une tendance éthique, responsable, durable et créatrice d’emplois, une tendance dont le succès ne cesse de faire ses preuves, comme le raconte Thomas Huriez le fondateur de la marque de jean 1083 et Kareen Maya Levy la cofondatrice de la marque Kippit.

JAREN, en vente sur www.kippit.fr.

Aucun produits dans votre panier.