kippit veut fabriquer des lave-linge durables en Ariège

Le jeune fabricant conçoit des appareils électroménager durables et produits en France. Après avoir lancé une bouilloire multifonction, il va concevoir un lave-linge garanti cinq ans et réparable à vie, qui sera assemblé en Ariège dans deux ans.

kippit
bouilloire JAREN multifonction vapeur légumes
électroménagers durables
Article rédigé par Laurent Marcaillou

kippit, à Toulouse, conçoit des appareils électroménagers durables, réparables et fabriqués en France.

Créée en 2015 par Kareen Maya Levy et Jacques Ravinet, fondateurs de l’institut de sondage Kheolia (vendu en 2018), la jeune pousse de 6 salariés vient de retenir un terrain à Prat-Bonrepaux (Ariège) pour y construire une usine de lave-linge. kippit fabrique depuis deux ans son premier appareil, une bouilloire multifonction en inox avec réglage de la température pour cuire les légumes. Dotée de deux parois, elle est garantie cinq ans et réparable.


Malgré une production ralentie par les difficultés initiales à souder les cuves, kippit a vendu 2.100 bouilloires en deux ans, dont la moitié sur Ulule et le reste en précommande sur son site Internet. Elles sont assemblées par l’entreprise adaptée Aero XV Ymca, mais kippit ouvrira l’an prochain un atelier de 500 m2 à Toulouse pour accroître la production, avec 10 à 20 salariés. Un distributeur français va référencer la bouilloire et l’entreprise vise 20.000 ventes par an en 2024.


Après avoir levé 618.000 euros fin 2020, kippit prépare deux nouvelles levées de fonds. La première, prévue en mai pour environ 500.000 euros, fera rentrer au capital la métallerie EDM-Sodusi (à Voiron, Isère) qui a racheté le sous-traitant des cuves des bouilloires. Cet apport permettra de finaliser l’industrialisation et de concevoir un grille-pain polyvalent commercialisé l’an prochain.

60 emplois prévus


La société prépare ensuite un tour de table de 3 à 5 millions d’euros fin 2022 pour construire l’usine d’assemblage de lave-linge et développer l’appareil. Cette usine de 5.000 m2 nécessitera un investissement de 5 millions d’euros. Elle sera construite en 2024 et devrait employer 60 personnes en 2025. Pour accroître la durée de vie de la machine à laver, la carte électronique principale sera remplacée par cinq cartes réparables. « Nous apportons une garantie de cinq ans et la réparabilité à vie », promet Jacques Ravinet, directeur de kippit.


Les appareils contiennent 60 % de pièces françaises et sont vendus 234 euros pour la bouilloire multifonction et environ 1.000 euros pour le futur lave-linge. « C’est dur de fabriquer en France car il y a des pièces qu’on ne trouve plus qu’en Chine », déplore Jacques Ravinet.

Aucun produits dans votre panier.