kippit crée de l’électroménager durable et réparable, garanti sans obsolescence

Après plusieurs mois de conception, la société toulousaine kippit va bientôt livrer ses premières bouilloires recyclable à l’infini. De l’électroménager durable et garanti sans obsolescence !

électroménager sans obsolescence

De l’électroménager (réellement) durable

  • Une jeune société toulousaine s’est lancée dans la fabrication d’électroménager durable, antithèse de l’obsolescence programmée.
  • Leur premier produit, une bouilloire multifonction baptisée « JAREN », est réparable à l’infini, évolutive et produite en France.
  • Elle sera suivie par un grille-pain durable.Les premières bouilloires, qui connaissent un certain succès auprès de ceux qui veulent « consommer autrement », vont être livrées en début d’été.

Qui n’a pas pesté contre son lave-linge, tombé en panne seulement cinq ans après l’avoir acheté, juste après la fin de la période de garantie. Et impossible à réparer, si ce n’est à un prix tellement exorbitant qu’il apparaît plus logique de le remplacer. Cette mésaventure, Kareen Maya Levy l’a vécue, comme de nombreux Français. Cela a été un déclic. « Le départ d’une réflexion sur l’obsolescence. On conçoit des produits, moins chers, pour qu’il ne puisse pas être réparables », explique celle qui dirigeait il y a encore quelques années un institut de sondage. L’idée de kippit, une entreprise qui produit de l’électroménager durable, et dont on peut changer les pièces ad vitam aeternam, était née.

Avec son associé de l’époque, Jacques Ravinet, elle décide de se lancer dans cette nouvelle aventure depuis Toulouse, pour « remettre du sens dans nos projets ». Après des études de marché et avoir interrogé de nombreux usagers, ils décident de commencer leur aventure en mettant au point une bouilloire multifonction en inox. « Qu’elle coûte 20 ou 300 euros, en moyenne elle a une durée de vie de quatre ans. C’est le produit jetable par excellence », avance la présidente de la jeune société toulousaine dont le nom fait référence au terme anglais « keep it », « gardez-le ».

Baptisée « JAREN », cette bouilloire est démontable très facilement, même par les moins bricoleurs, toutes les pièces sont standards et les notices sont en open source pour garantir à chacun la possibilité de la réparer à vie. L’ambition est de remettre au goût du jour le célèbre d’un slogan d’un marque, qui il y a 40 ans, vantait les mérites de ses produits « construits pour durée ». Un slogan qui s’est perdu avec la société de consommation et du jetable.

Une bouilloire multifonction : passer de cinq appareils à un seul

électroménager sans obsolescence

« Nous réglons la question des déchets et de la fin de vie. Mais si on utilisait la JAREN que pour chauffer de l’eau, c’était un peu du gâchis, nous l’avons donc conçue en mode multifonction », explique Kareen Maya Levy dont la société emploie six personnes.

En plus de son rôle traditionnel, grâce à ses paniers et accessoires, elle peut aussi cuire des pâtes, des œufs, des légumes à la vapeur, faire réchauffer au bain-marie, y compris les biberons et se transforme en théière. Autant de fonctions qui ont été pensées dès sa conception et sont rendues possibles grâce au réglage de température et de durée de chauffe. Elles seront aussi évolutives et adaptables au fil des ans pour changer de design. Ou comment passer de cinq appareils en un.

Une nouvelle façon de penser qui a séduit de nombreux adeptes du « consommer autrement ». Pour la lancer, les responsables de Kippit ont organisé une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule l’an dernier, avec un système de précommande. L’engouement a été tel qu’ils ont enregistré plus de 1.100 commandes, complétées depuis par 800 autres sur leur site Internet, vendus de 199 à 283 euros en fonction des accessoires.

Un premier contact avec ceux qui constituent depuis la communauté des « kippeurs », avec qui les échanges permettent de voir quels seront les produits à développer demain par exemple. « Il y a ceux qui sont attachés à la durabilité du produit, d’autres de fervents défenseurs du made in France », explique Jacques Ravinet, le cofondateur de Kippit.

Une bouilloire made in France et inclusif

Dans les nouveaux locaux de la société, en plein cœur du quartier Arnaud-Bernard, il met la dernière main aux premières bouilloires, qui seront livrées au début de l’été. Avec un temps de retard dû à la crise du coronavirus et une tension sur le marché des matières premières. Si la cuve est produite près de Grenoble, le plastique en Occitanie, elle est pour l’instant assemblée dans les locaux de YMCA, à Colomiers, une entreprise d’insertion de personnes en situation de handicap.

« A terme, nous allons créer notre propre local de production à Toulouse et ses salariés formés viendront travailler chez nous », projette Jacques Ravinet. L’objectif est de produire 10.000 JAREN cette année, et le double la suivante. Avant de passer à la fabrication du futur grille-pain durable, qui ne se contentera pas de cette seule fonction. Garanti pour durer à vie, il devrait aussi faire des crêpes ou des croque-monsieur.

Aucun produits dans votre panier.