[DOSSIER] Ineloo, l’électroménager réparable et durable

Logo LE JOURNAL TOULOUSAIN

La société toulousaine Ineloo (désormais kippit) travaille à l’élaboration d’appareils électroménagers durables et réparables facilement à moindre frais. Une bouilloire et un lave-linge longue durée sont prochainement commercialisés.

électroménagers réparables et durables lave linge FRAVAL

Ineloo, l’aire de l’innovation

C’est en tant que consommateur et citoyen que Jacques Ravinet, cofondateur de la société toulousaine d’études marketing Kheolia, a eu l’idée de concevoir des appareils électroménagers réparables et durables.

En 2014, il a créé l’entreprise Ineloo, qui signifie Innovation. Créer un électroménager ouverte, pour « changer les choses de l’intérieur. Qui ne s’est jamais retrouvé avec une machine à laver en panne après cinq ans et demi alors que la garantie était de cinq ans ? Cela coûte souvent plus cher de réparer que de racheter le produit. »

A partir de ce constat et d’une étude auprès de 5 000 consommateurs pour comprendre les attentes et les défaillances les plus fréquentes, Ineloo a mis au point son propre cahier des charges.

En premier lieu, l’entreprise a travaillé avec l’Institut catholique d’arts et métiers (Icam) pour les études techniques . Désormais, elle collabore aujourd’hui avec Articlect, le FabLab toulousain, pour la conception des deux premiers produits qu’elle souhaite commercialiser : une bouilloire multifonction et un lave-linge.

« Pour la machine à laver, nous avons installé un rotor d’hélicoptère »

Une marque éthique et responsable

« Ces appareils sont construits à partir de pièces fiables déjà utilisées dans d’autres secteurs. En effet, pour la machine à laver, nous avons installé un rotor d’hélicoptère. La carte mère est remplacée par plusieurs cartes identiques, réparables qui contrôlent chacune un élément. Et l’accès à l’ensemble des pièces est facilité », détaille Jacques Ravinet. Aussi les plans seront disponibles sur Internet selon le principe de l’open source. Les pièces de rechange n’excéderont pas 10 % du prix d’achat de l’appareil.

Enfin, Ineloo met l’accent sur un développement et une production 100 % français, une question de « responsabilité et de fiabilité ».

« Nous utilisions également des matériaux socialement et environnementalement corrects, recyclables et non polluants lors de leur fabrication », insiste Jacques Ravinet. Deux coques sont ainsi à l’étude pour le lave-linge : en bois ou à base de chanvre. 

Pour Ineloo, l’objectif est de commercialiser la bouilloire, qui fera aussi cuiseur vapeur et cuisson à l’eau, à la rentrée 2019 et le lave-linge en fin d’année prochaine. Les deux produits devraient respectivement être vendu 150 et 900 euros.

Aucun produits dans votre panier.