Électroménager, où en est le made in France?

Logo 60 Millions de consommateurs

Si la volonté des consommateurs est d’acheter des produits « made in France», ils se heurtent aujourd’hui à une offre plutôt restreinte en matière d’appareils électroménagers. Et quand ils trouvent leur bonheur, ils doivent accepter de payer plus cher.

La crise sanitaire l’a malheureusement mis en exergue : de nombreux produits, parfois de première nécessité, ne sont plus fabriqués en France, ni même en Europe. Pourtant, depuis plusieurs années, une tendance de fond s’exprime chez les Français : consommer local. Ils aspireraient à plus de «made in France » et par conséquent à voir refleurir les moyens de production dans notre pays. Mais si, en matière alimentaire ou vesti­mentaire, l’offre nationale s’étoffe, il n’en est pas forcément de même pour tous les produits du quotidien, à commencer par l’électroménager. Depuis des années, nous assistons à la fermeture de sites industriels en France, comme l’unité de fabrication de sèche-linge Whirlpool à Amiens ou la ligne de production des cuisinières Rosières dans le Cher, deux exemples parmi les derniers. Est-il encore possible d’acheter de l’électroménager «made in France » ?

made in France électroménager

GARE AUX INDICATIONS TROMPEUSES

Mais d’abord qu’est-ce qu’un produit estampillé «Fabriqué en France » ou «Made in France » ? Il ne suffit pas de mettre un petit drapeau bleu-blanc-rouge sur l’emballage pour qu’un robot de cuisine ou un aspirateur bénéficie de cette mention. Celle-ci répond à un cahier des charges précis, défini par la réglementation européenne. Le fabricant peut apposer la mention sur un appareil s’il «tire une part significative de sa valeur d’étapes de fabrication locali­sées en France » ou s’il «a subi sa der­nière transformation substantielle en France », indique le site du ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance. Cette valeur ajoutée est au minimum de 45 %. Cela signi­fie qu’un produit électroménager «Fabriqué en France » peut contenir de nombreux composants venant d’ailleurs. Outre le drapeau trico­lore, gare aux indications trom­peuses : «Conçu en France », «Dési­gné en France », «Contrôlé en France », «Marque française» …

SUIVEZ LE LABEL “ORIGINE FRANCE GARANTIE”

Mais il y a encore plus exigeant que la mention «Fabriqué en France » : le label «OrigineFrance Garantie» (OFG). Créée en 2011, la certification OFG est gérée par l’association Pro France et décernée par des organismes certificateurs indépendants, comme l’Afnor ou Bureau Veritas. Pour décrocher le label, l’industriel doit justifier de deux conditions pour son produit : le prix de revient unitaire du produit doit être acquis en France à 50 % et le produit doit prendre ses “caractéristiques essentielles” en France. Les consommateurs sont prêts à acheter des réfrigérateurs, des lave-linge, des grille-pain, des cafetières… issus d’usines implantées en France. Mais y en a-t-il seulement dans les rayons ? Nous avons interrogé le groupe Fnac Darty, l’un des principaux vendeurs d’électroménager de l’Hexagone. «Globalement, nous avons 230 produits “fabriqué en France’’ sur 8 300 références, explique Dominique Gandy, directeur blanc et cuisine du groupe. Cela reste assez faible. Nous aimerions en avoir plus mais la difficulté est d’en trouver », regrette-t-il. Au fil des années, la production française s’est quand même réduite à peau de chagrin. Notamment pour le gros élec­troménager. «Il n’est en France, à l’exception de quasiment plus fabriqué tables de cuisson et de fours De Dietrich et Sauter, deux marques de la société Brandt », confirme Dominique Gandy. En effet, le groupe Cevital (propriétaire de Brandt depuis 2014) possède deux usines, à Orléans et Vendôme, où sont fabriqués des fours, des fours vapeur, des micro-ondes, des tables de cuisson à induction, à gaz et vitrocéramiques.

DE NOUVEAUX ACTEURS SE LANCENT

made in France électroménager

Cette tendance devrait mettre du baume au cœur aux industriels qui ont misé sur le sol français. Que ce soit les grands groupes comme les petites entreprises qui se lancent. C’est le cas de Daan Tech, qui signe le retour des lave-vaisselle fabriqués en France, avec un appareil labellisé “Origine France Garantie’’, que nous avons testé (voir ci-dessus). Autre nouvel acteur : kippit. L’entreprise, qui a conçu une bouilloire avec maintien au chaud durable et réparable, installera son usine près de Toulouse en 2022. En attendant, elle s’approvisionne au maximum auprès de fournisseurs français.

«La partie Inox vient à 95 % de Grenoble, détaille Jacques Ravinet, directeur général et cofondateur de kippit. Mais le système de chauffe est fabriqué en Chine. Pour ce dernier, il n’y a pas de fournisseur de systèmes suffisamment puissants en France. » L’entreprise envisage de créer sa propre unité de production pour le système de chauffe. Celui-ci serait le même pour de futurs appareils. Kippit a pour projet de lancer un grille-pain, un lave-linge, un fer à repasser et un lave-vaisselle. L’électroménager « made in France» ne semble donc pas avoir encore totalement disparu.

Aucun produits dans votre panier.