Obsolescence programmée

Lutter contre l’obsolescence programmée, c’est possible ?

obsolescence programmée, déchet, électroménager

Votre lave-linge est tombé en panne juste à l’issu de la période de garantie ? Bizarrement, votre imprimante a cessé de fonctionner après un certain nombre d’impressions ? 

C’est normal, puisque presque tous les appareils électroniques sont concernés par l’obsolescence programmée. C’est-à-dire que la durée de vie de ces appareils est volontairement réduite pour vous faire consommer plus.  

La bonne nouvelle, c’est qu’en changeant quelques habitudes, il est possible de ne pas tomber dans le piège de l’obsolescence programmée.  

Petite histoire de l’obsolescence programmée 

Mais au fait, comment est née l’obsolescence programmée ? Il est difficile de croire que la volonté de rendre les objets plus éphémères date d’il y a 100 ans déjà.  

Tout commence avec l’invention de l’ampoule, et croyez-le ou non, la première ampoule inventée au monde est toujours allumée à l’heure actuelle  !

Les ingénieurs de l’époque avaient déjà bien compris cette révolution et la nécessité de ces ampoules dans les foyers. C’est pourquoi ils ont décidé de volontairement réduire la durée de vie de leurs produits. Depuis 1900, des normes contrôlent la fabrication d’ampoules pour qu’elles ne dépassent pas 1 000 heures d’éclairage (contre 100 000 heures pour les premières). 

L’obsolescence programmée était née, au point de s’ancrer dans nos habitudes de consommation, la rendant presque invisible. 

Heureusement, on assiste aujourd’hui à un véritable éveil des consciences. Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir mettre fin à une consommation à outrance, mauvaise pour notre portefeuille… et pour la planète.  

Alors comment dire non à l’obsolescence programmée une bonne fois pour toutes ? 

Réparer, même si cela ne semble pas toujours facile 

Vous avez sûrement déjà été confronté aux fameuses difficultés pour faire réparer un appareil tombé en panne. On connait les phrases du SAV par cœur : « Cette pièce est extrêmement coûteuse », « Il faut compter 1 mois pour réparer votre produit », « Racheter un appareil neuf coûte autant que de le réparer, et vous bénéficierez de la garantie », etc… 

Tout est pensé pour que l’on abandonne l’idée d’une réparation : les pièces sont volontairement conçues pour être compliquées à changer, elles sont difficiles à trouver… En conséquence, moins de 10% des appareils électroménagers sont réparés en France. 

Chez kippit, nous avons justement décidé de lutter contre ce système qui pousse à la consommation puisque tous nos produits d’électroménager sont conçus et designés pour être facilement réparables. Encore mieux, ils sont évolutifs ! Chacun de nos appareils a la possibilité d’évoluer en termes de design, de fonctionnalités et de mises à jour.   

Voici plusieurs options pour réparer ou faire réparer vos appareils en panne :  

Option 1 : Vous êtes un bricoleur avéré 

Si vous êtes un bricoleur dans l’âme, il est peut-être possible de réparer votre appareil par vous-même. En recopiant le numéro de série (souvent sur l’étiquette collée sur une paroi de votre appareil), vous arriverez à trouver sur internet une véritable mine d’informations pour diagnostiquer l’origine de votre panne.  

De plus en plus de chaînes Youtube et de forums d’entraide ont vu le jour ces dernières années : nous pouvons notamment citer SparekaePièces, ou commentreparer.com

Option 2 : Vous bricolez occasionnellement 

Si vous êtes effrayé à l’idée de réparer tout seul vos appareils électroménagers, il existe également des solutions pour vous. Rendez-vous dans des « repair  cafés » dans lesquels se déroulent des ateliers consacrés à la réparation d’objets.  

Option 3 : Le mot bricolage vous provoque de l’urticaire  

Enfin, si le bricolage n’est vraiment pas votre tasse de thé, vous pourrez toujours faire appel à des services d’entraide entre particuliers (comme sur Yakasaider ou AlloVoisins) ou carrément à un professionnel

De plus, réparer au lieu de remplacer crée de l’emploi local, plutôt que de racheter un produit fabriqué à l’autre bout du monde. Et pour enfoncer le clou, l’Etat oblige les fabricants à mettre en place un affichage de la réparabilité des produits d’ici 2020.  

Acheter des produits plus durables 

Il est bien sûr possible de lutter contre l’obsolescence programmée avant même que notre appareil ne soit défectueux : il suffit de favoriser l’achat de produits plus durables.  

L’association Halte à l’Obsolescence Programmée a créé pour cela le site www.produitsdurables.fr qui met en avant les produits conçus pour durer longtemps. Des témoignages clients et des notes d’experts permettent de définir une note de durabilité pour chaque marque. 

Chez kippit, la durabilité de nos produits est prévue dès leur conception. Découvrez notre manifeste et trouvez le produit que vous recherchez sur www.kippit.fr ! 

2 Anciens Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.